Une alimentation saine

Une alimentation saine

Partager

Pour le bien du corps et de l’esprit

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un sujet plus « terre à terre » mais qui est très important pour prendre soin de soi : manger sainement. Que faut-il privilégier et pourquoi ?

Selon moi, sans une bonne alimentation saine nous ne pouvons pas être en bonne santé. Des bons produits de saison et des apports équilibrés sont nécessaires.

Seuls les aliments naturels contiennent les importants éléments intrinsèques permettant à l’organisme de se maintenir en bonne santé. Il est donc fort préférable d’avoir une bonne hygiène alimentaire et choisir les « bons » aliments si on veut que la nourriture permette d’éviter au mieux tout produit pharmaceutique.

Les aliments (d’origine végétale ou animale) sont source de vie, mais ils peuvent aussi compromettre la vie. En effet, en dehors de l’environnement, la nourriture est la principale source de nos maladies: que ce soit en termes de maladies causées par des agents biologiques, de maladies causées par des agents chimiques (toxiques) ou de maladies causées par les nutriments intrinsèques de nos aliments. Malheureusement, beaucoup de gens n’y prêtent pas assez attention et c’est pour cela que je lance mon appel aujourd’hui: mangeons bien et faisons tout pour toujours bien manger !

Pour cela il est important de suivre le cycle des saisons: il faut s’adapter aux fruits et légumes offerts par la nature pour se nourrir correctement. Le régime alimentaire varie donc tout au long de l’année et il est impensable de manger la même chose en janvier, qu’en août par exemple. Nous devons absolument supprimer la routine dans nos assiettes.

Un esprit sain dans un corps sain, ce n'est pas forcément un cliché ; au contraire la nourriture que l'on ingère peut nous transformer. Ainsi, il s’agit de penser, en pleine conscience, ce que l'on mange pour apporter à notre organisme les nutriments essentiels. Ceci bien-sûr sans négliger le plaisir, notamment en alliant les saveurs et les différentes textures.

« Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit dans ta nourriture » (Hippocrate).

Dans la cuisine santé, comme je l’appelle, le végétal devrait être la base de notre alimentation et représenter environ 80%, avec les légumineuses comptées avec (lentilles, pois chiche, etc.). Pour compléter cette base végétale, ajoutons les céréales, le riz, le sarrasin, le millet, le quinoa…, suivis par les graisses. Privilégiez les huiles végétales, les oléagineux de première pression à froid (noix, noisettes, graines de courge, tournesol, colza, riches en oméga). Viennent ensuite les produits laitiers, les protéines animales (de préférence locales). Pour ma part j’en consomme peu, je vous conseille de bien vous renseigner sur le sujet et d’apprendre à écouter votre corps !

Pour profiter pleinement des nombreux bienfaits des fruits et légumes, il ne faut pas sous-estimer l’importance de les consommer rapidement, ceci pour assurer que leurs qualités nutritionnelles soient un maximum préservées. Mais, objectif difficilement réalisable quand les produits viennent du bout du monde… et donc d’autant plus important de se rappeler que la nature est bien faite et qu’il faut lui faire confiance.

En effet, la nature a tout prévu pour subvenir à nos besoins nutritionnels tout au long de l’année. Soumis aux affres du froid et au manque de luminosité, notre organisme demande davantage de nutriments en hiver. Or, c’est justement la saison des légumes riches en minéraux et des agrumes riches en vitamines C ! L’été, saison des fruits et légumes gorgés d’eau (tomates, melons, courgettes…), est justement la période où notre organisme nécessite le plus d’être hydraté ! De plus, les fruits et légumes produits hors saison sont souvent traités avec des pesticides, fortement pointés du doigt pour leur impact négatif sur notre santé. Cancers, infertilité, etc.

Pour finir, d’après moi, prendre plaisir à cuisiner et à manger est essentiel et pour ça pas besoin de se lancer dans des recettes compliquées. Le plaisir, c'est la simplicité. « Faire bien en cuisine consiste à mettre tous les atouts de son côté pour réussir le plat qu'on entreprend, ne pas se laisser surprendre pendant sa réalisation, ne pas se surestimer, la cuisine et la pâtisserie sont et doivent pour moi être de formidables écoles de modestie et d'humilité. »


Réflexion « Nourrir sa conscience »

Toujours dans cette optique de « pleine conscience », je considère qu’il est important de pratiquer un sport adapté à ses besoins. Donc trouver son sport idéal, qui permet à ce qu’on se sente bien et qu’on arrive à se vider l’esprit. Pour moi, ceci rentre en ligne de compte pour un bon équilibre de vie, tout aussi bien qu’apprendre à mieux se nourrir.

J’aimerais vous parler du yoga, car pour moi il caractérise la nourriture mentale. En effet, dans le but de stabiliser son mental, d’être plus en harmonie ou en adéquation avec soi-même, je préconiserais donc de « prendre conscience » également au moment du repas. Prendre conscience des aliments qu’on mange et du silence qui devrait entourer ce moment, ceci aussi pour permettre de se « retrouver seul », se concentrer sur soi-même… Une manière de se canaliser sur l’aliment à l'instant même où on la mange. Le yoga, c'est ça aussi, procéder à un lâcher-prise sur ses mouvements et fixer sa concentration sur ce que l'on est en train de faire. Un peu se plonger dans une bulle finalement.

Ce silence s'associe souvent à des produits choisis et consommés avec soin, comme par exemple une nourriture choisie pour son énergie vitale et pour sa fraîcheur – car venant de près. Par ailleurs, on pourra aussi axer son choix sur les aliments les plus bruts possibles afin d’en apprécier au maximum leur véritable goût. Au-delà, toujours bien mastiquer est un autre point qu’il ne s’agit surtout pas à négliger. Ceci peut être interprété comme du yoga au cours du repas. La répétition de cet acte permet de se conscientiser que manger n'est pas uniquement nécessaire pour faire vivre son corps, mais aussi pour laisser vivre son esprit.

Il est également important, de modérer sa consommation, de nuancer ses repas toujours au profit de la qualité. Se nourrir est un véritable acte, presqu'une démarche, et surcharger ses assiettes serait alors contre-productif. Il faut plutôt laisser au corps le temps d'assimiler tout ce qui vient d'être consommé, qu'il s'agisse des nutriments, des saveurs ou des quantités.

Enfin, soyons ouverts à l’inspiration, car découvrir des modes de vie ou de pensées nouvelles peut être très intéressant, mais surtout laissons-nous inspirer de tous ceux qui souhaitent bien manger. Bien sûr également d'un point de vue éthique. Eh oui, le yoga est une discipline riche, qui allie également une vraie perspective de prise de conscience, je peux vous l’assurer.

Le yoga semble pour moi être un véritable moteur pour savoir comment s'alimenter. Si la nourriture « yogique » n'existe pas encore…, elle a le mérite d'avoir créé une vraie démarche, qui prône l'aliment comme un moteur, et l'alimentation comme un acte en soi. Un acte réfléchi, qui permet de penser que tout, des postures de yoga aux étirements, en passant par l'enchaînement d'exercices, passe par notre assiette.


Ma recette du mois:

Recette Carpaccio de betteraves cuites en croûte de sel

 

Ma cueillette sauvage: l'ail des ours

L'ail des ours, qui fait son apparition au printemps, est utilisé pour faire baisser la pression artérielle et pour stimuler la circulation sanguine. De plus, il est recommandé en cas d'athérosclérose, d'arthrite ou de rhumatisme et est efficace pour lutter contre les problèmes intestinaux comme les maux d'estomac et les ballonnements.
Tous ceux qui apprécient l’ail des ours se réjouissent de voir apparaître au printemps les feuilles odorantes dans la forêt, mais prudence : tout ce qui ressemble à de l’ail des ours ne l’est pas forcément ! On trouve souvent des plantes toxiques, les colchiques (Colchique spa.), qui poussent à proximité du véritable ail des ours, auxquelles on ne pense guère, car elles n’ont pas encore de fleurs en cette saison. Les colchiques contiennent une mycotoxine très puissante, la colchicine, dont il suffit moins de 1 mg/kg de poids corporel pour mettre la vie d’un humain en danger. Cueillez l’ail des ours quand les boutons des fleurs commencent à se voir, mais en cas de doutes préférez la sécurité et demandez conseil à un spécialiste.

Recette PESTO AIL DES OURS



Mon avis nutritionnel

Les oignons
Les vertus nutritionnelles des oignons sont nombreuses, notamment riches en phosphore, en calcium et en vitamine C. De plus, ils cachent bien d’autres atouts encore: anticancéreux, à effet hypoglycémiant, anti-thrombose et protecteur pour les artères. Toutes les variétés ne présentent toutefois pas le même intérêt, les blanches étant les moins intéressantes. Les oignons jaunes sont les meilleurs pourvoyeurs en quercitrine et les rouges, plus doux et donc faciles à manger crus, s'avèrent les mieux pourvus en anthocyanes. Oignon, mais aussi ail, échalote, poireau… font partie de la famille des alliacées et accumulent beaucoup d’atouts. Ces super aliments auraient notamment un effet protecteur contre les cancers digestifs : estomac, intestin et côlon.

RECETTE OIGNON ROUGE FARCI AU FROMAGE DE CHEVRE



Les carottes

Il paraît que les carottes rendent aimable alors autant en manger !
Les bienfaits des carottes proviennent pour beaucoup du bêta-carotène qu'elles contiennent. C'est un puissant antioxydant qui lutte contre les radicaux libres responsables du vieillissement. Ainsi, il améliore l'état de la peau en favorisant sa régénération et sa cicatrisation. Une carotte crue est constituée majoritairement d'eau (88 %) et à 7,6%  de  glucides  (7,6% en moyenne). Cette concentration en glucides est supérieure à celle des autres légumes. Par contre elle contient une faible teneur en protéines (0,6 %), et quasi nulle en lipides. Avec une concentration en fibres de 2,7%, la carotte est au-dessus de la moyenne des légumes. Par ailleurs, elle est très riche en vitamines et minéraux dont principalement la provitamine A ou béta carotène, les vitamines B9, C et E, le potassium et le calcium. 

ASTUCE ET CONSEIL
Vous aimez les carottes crues bien croquantes ? Moi aussi ! C'est ce que je préfère. Alors pas question de les laisser se ramollir sans agir ! Heureusement, ma grand-mère avait un truc qui marche à tous les coups pour conserver les carottes plus longtemps croquantes. Pour qu'elles restent bien fraîches, il suffit de couper leurs fanes et de les conserver dans du papier journal. Le papier journal va protéger vos carottes de l'humidité. Les fanes, leurs feuilles ont tendance à déshydrater la racine du légume, voire même à lui retirer toutes ses vitamines. Pourtant, ne jeter surtout pas les fanes, car bien nettoyées et coupées, elles peuvent servir de base pour un délicieux potage.

RECETTE GÂTEAU À LA CAROTTE, NOIX ET CANNELLE

Partager