Pourquoi des plantes sauvages?

Pourquoi des plantes sauvages?

Partager

J’ai commencé la cueillette sauvage quand j’étais enfant, avec mes grands-parents. Aujourd’hui, ce n’est plus seulement un loisir : c’est devenu une vraie nécessité pour moi. Je recherche activement les qualités des plantes sauvages, qui dépendent de leur condition de vie et de leur environnement. Les antioxydants sont fabriqués par la plante pour se défendre contre différents dangers (insectes, changements climatiques, rayons UV) et les minéraux puisés dans les sols pour assurer diverses fonctions (rigidité, échanges  cellulaires).

Quand on fait pousser des plantes sur un sol surexploité, appauvri et débarrassé d’autres plantes et insectes, elles manquent de plus en plus de nutriments, de vitamines, de sels minéraux… et notre alimentation moderne, même bio, se base beaucoup sur ces aliments carencés. Les plantes provenant de cultures intensives sont grosses et appétissantes, mais gorgées d’eau, pauvres en nutriments… et en goût. A contrario, les plantes sauvages sont naturellement riches en sels minéraux, en chlorophylle, en vitamines et en antioxydants.

Aujourd’hui, les plantes et légumes dits « sauvages », longtemps oubliés, sont à nouveau plébiscités pour différentes raisons : leur gratuité, l’écologie, la simplicité, la créativité culinaire et la richesse nutritive. Il ne s'agit pas de retourner dans la nature pour y manger uniquement des plantes sauvages - ce serait d'ailleurs impossible car les stocks sont insuffisants ! Par contre, se servir des plantes sauvages comme un complément alimentaire est une bénédiction. Elles recèlent une alchimie végétale secrète, vivante et vibrante, indispensable au fonctionnement optimal de notre corps. Par exemple, les p'tites herbes vont nettoyer, régénérer et reminéraliser le corps et évacuer les graisses et l’acidité stagnante.

À nous de réapprendre, petit à petit, l'art de reconnaître les végétaux sauvages salutaires et atoxiques, de les cueillir et de les préparer.


Ma recette du mois

CARPACCIO DE FENOUIL AUX CERISES, fleurs et herbes anisées  

 

Mon avis nutritionnel

Les petits pois

Les petits pois sont bénéfiques pour la santé grâce à leurs nombreux minéraux, oligo-éléments, vitamines B et C, et fibres douces, surtout quand ils sont frais. Ils possèdent aussi deux pigments antioxydants indispensables à la santé de la rétine. Les petits pois se guettent avec impatience au printemps. Il ne faut pas tarder car leur saison est courte : de mai à juillet.

Recette petits pois, framboises, menthe  

Les cerises

La pleine saison des cerises est généralement en juin. Elles sont reconnues pour leurs propriétés antioxydantes et sont également une bonne source de vitamine C et de carotène. Les cerises sont riches en fibres et en potassium, ce qui leur confère des vertus diurétiques et améliore le transit intestinal.

Meringue aux cerises  

 

Ma ceuillette sauvage

La consoude

La consoude est une plante parfois classée parmi les légumes oubliés. Feuilles et racines sont comestibles ; et si l'intérêt gustatif des racines ne fait pas toujours l'unanimité, les feuilles, en revanche, sont connues pour leur saveur qui rappelle celle du poisson. Les feuilles de consoude sont en outre riches en protéines, en vitamine B12 (qui fait souvent défaut aux végétariens), en silice et en potassium. Attention toutefois : la consoude et surtout ses racines renferment des alcaloïdes pyrrolizidiniques, toxiques pour le foie en cas de consommation quotidienne et prolongée.


Cuisiner la consoude
Les jeunes feuilles les plus tendres peuvent être dégustées en salade, seules ou mélangées à un mesclun de jeunes pousses. Un peu plus âgées, elles se cuisinent comme les épinards, s'ajoutent aux soupes, aux quiches, aux crêpes ou aux farces. Les tiges et les côtes des grosses feuilles peuvent aussi être cuites et consommées comme les cardons ou les côtes de blettes. Essayez aussi les feuilles en version panée ou frite (une fois enrobées de pâte à beignet) : elles ressemblent alors étrangement à des filets de sole, tant à l'œil qu'au palais.

BEIGNET DE CONSOUDE  

Partager